Fabrice Louge

Presse

 
 
presse_figaro.jpg

Sélection Madame FIGARO
Sud-Ouest

Fabrice Louge - Architecte paysagiste
C’est à Londres, dans le célèbre Parc du château de Windsor qu’il apprendra son métier d’architecte paysagiste. Installé depuis 2003, Fabrice appose sa sensibilité à travers la conception et la réalisation de jardins conçus au millimètre, où chaque détail compte. Rejoint par con épouse Laure, diplômée des Beaux-Arts, ils défendent une vision artistique, respectueuse de la nature dans la réalisation de leurs jardins.

L’agence propose aux particuliers, aux collectivités et aux promoteurs immobiliers une démarche de conception paysagère et de suivi de chantier. Après un premier échange, elle pourra vous faire une proposition pour l’aménagement de votre jardin et vous présenter un projet de conception modifiable et évolutif. Le bureau d’étude réalise ensuite des plans techniques et met en place la réalisation par des entreprises qualifiées conforme aux plans validés par le mandataire. Sensible au monde de l’art, Fabrice Louge propose parfois d’enrichir vos projets avec des œuvres sculpturales, du mobilier façonné par des artisans, des végétaux inédits apportant ainsi une authenticité propre à votre jardin.

DSC04587.JPG

Chapeau bas
Monsieur Le Nôtre

Salon Jardins, Les tuileries Cha-pots

DSC04597.JPG
 
Elevation 2b.jpg

«JARDIN DE LA PENSÉE»

FESTIVAL INTERNATIONAL DES JARDINS DE CHAUMONT-SUR-LOIRE ÉDITION 2018

 

Fabrice Louge, La passion de la géométrie

Sa formation. Etudes d’art du paysage au Merrist Wood College de Londres, suivies d’une formation au château de Windsor Great Park. Il ouvre en 2003 son bureau d’étude paysagère à Toulouse, et travaille depuis en France et à l’étranger. Son style. La structure et la sobriété. Il crée des tableaux vivants, des espaces apaisants et intimes, faits pour circuler librement, inspirés par la symétrie des jardins à la française. « J’aime les jardins tournés vers l’horizon pour que la pensée vagabonde sans contrainte, dit-il. Pour toute réalisation, je m’imprègne longuement du lieu, je discute avec les propriétaires avant de leur remettre plan et dessin.» Ses végétaux et ses couleurs préférés. Des végétaux endémiques et persistants pour que le jardin s’inscrive dans la durée, les fougères, les bambous pour leur croissance rapide, les equisetums pour leur prestance, les sauges hot lips et les iris. Côté chromatique, les camaïeux de verts, les mélanges noir et blanc. Délai. Evidemment variable mais il faut compter environ six mois entre la première esquisse et le déjeuner sur l’herbe. S.G.

 
Couverture Maison Franc¦ºaise_0002.jpg

Maison française

Qui est-il ? Architecte paysagiste de 34 ans. Bio express. C’est
après 4 années passées en Angleterre dans les plus prestigieuses
écoles de paysage, que Fabrice installe son agence à Toulouse.
Actu. Il mène plusieurs chantiers dans le Sud-Ouest (Gers,
Landes, Corrèze), réalise des jardins à Ciboure et à Paris.
Signe particulier. Il appartient à cette catégorie de paysagistes
qui, non contents d’aimer les plantes, se plaisent à les mettre
en scène et proposent de véritables installations paysagères.
Fabrice Louge a rapporté de ses voyages un goût prononcé pour les végétaux extraordinaires. Une seule condition : qu’ils puissent s’adapter facilement et que le jardin soit durable.

 
page de couv M copie contraste.jpg

Les architectes de l’eau

Basé à Toulouse, l’architecte paysagiste Fabrice
Louge (diplômé du Merrist Wood College et lauréat
du Hampton Court Palace Flower Show) confirme
l’ engouement croissant pour la construction de bas-
sins.
« Avoir sa piscine correspond aujourd’hui à quelque chose de social et d’hédoniste, avoue ce jeune architecte qui a fondé son bureau d’études en 2003, et a fait ses classes dans les jardins de la reine d’Angleterre à Windsor. Autrefois, nous dessinions seulement un projet de bassin et confions ensuite sa réalisation à un fabricant. Aujourd’hui, nous réalisons tout, le jardin et la piscine, c’est la différence.»

Côté look, la mode est aujourd’hui au low profile.
Tout signe extérieur de richesse est mal vu.
« Une
piscine se construit de plus en plus loin de la demeure, confirme Fabrice Louge, afin de la fondre dans un contexte naturel et de ne pas créer de hiatus avec la maison, surtout lorsque celle-ci est belle.» (...)

(...) Pour celle qu’il a dessiné à Lissac, Fabrice Louge a travaillé sur la vue, la perspective, l’adéquation avec
la nature, le respect de l’environnement .
« il s’agit ici d’une piscine à débordement, explique t’il, un grand bassin rectangulaire construit sur une terrasse sur pilotis afin de régler les dénivelés d’un terrain très rocheux. L’ idée était de faire une ligne d’eau de couleur naturelle qui se confonde avec le lac de Causse en contrebas, et d’avoir aussi une magnifique vue sur le village. Autour du bassin, des lames de bois taillées en biseau contribuent à la perspective.» (...)

(...) « Côté taille, la tendance est plutôt aux petites piscines, reprend Fabrice Louge, aux bassins qui oscillent entre les notions de plaisir et de sport. On les pourvoit en revanche d’équipements sophistiqués, de volets de recouvrement pour les protéger du froid l’hiver, de nage à contre-courant, de couloir de nage, de chauffage de l’eau par géothermie, permettant ainsi de nager toute l’année.» (...)

Propos recueillis par Serge Gleizes